Forum du groupe StormChaserAdventure

Nous vous souhaitons la bienvenue sur notre nouveau forum. Vous pourrez consulter ici les différents projets du groupe, les comptes-rendus de chasses à l'orage, l'avancée du groupe, sa gestion. Nous vous souhaitons une très bonne visite sur nos forums.
 
PortailAccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nico 17/69
Supercell storm
Supercell storm


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 16/06/2005

MessageSujet: Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)   Mer 01 Mar 2006, 18:28

EVENEMENTS 2006 DE JANVIER A JUIN


Le 25 janvier, plusieurs départements français de l’Est sont en alerte Grand Froid niveau 2.
- 17 La Rochelle : fortes gelées avec -5.1 C signalés à St Médard d’Aunis
Le lendemain, on signale de faibles chutes de neige à Angoulême et Chabanais (16) vers 17 h. Faibles chutes de neige le surlendemain sur les deux départements.
- 16 Angoulême le 28 janvier au matin : 2 cm de neige
Couches de neige jusqu’à 5 cm au sud de la Charente. La neige tombe également en Charente Maritime (neige faible sur l’île de Ré à 22 h 30).


Le 16 février, une dépression active aborde les côtes, accompagnée de pluies, de vents forts et des premiers orages de l’année, faiblement à modérément électriques. En soirée le vent se renforce jusqu’à frôler la tempête sur le littoral, accompagné de nouvelles pluies.
Le 17 février, les vents continuent de souffler dans la journée, puis la nuit du 17 au 18 tournent en tempête, avec des rafales jusqu’à 119 km/h à la Pointe des Baleines. Les vents ont également soufflé fort dans les terres (jusqu’à 91 km/h à Cognac). Ce même jour, des orages de grêle ont été signalés en Charente.
- 16 Chalais le 18 février : gros orage de grêle avec grêlons jusqu'à 1 cm (obs Météoalerte)
Enfin, MF lance une alerte orange pour le 19 février en soirée, pour tempête beaucoup plus violente et soutenue. Le 19 février, plantage de la vigilance, les vents n’ont pas été aussi violents que prévus. Cependant quelques « accidents » à noter en Charente.
- 16 Cognac : un arbre est déraciné, fragilisé par les vents plus violents qui avaient soufflé la veille (90 km/h)
- 16 (est Charentais) : deux accidents mortels dus au vent, voitures violemment déportées par les bourrasques
Ce même jour, vague orageuse forte sur la Charente Maritime. Laurent Violet parle d’une « ligne de grain très forte (Cumulo-nimbus très actifs) et très étroite qui partait du médoc jusqu'au littoral charentais remontant vers l'ENE; » Des évts violents ont eu lieu sous cette ligne de grains.
- 79 Lorigné à quelques km au nord du 17 : un violent front de rafales provoque de gros dégâts (arbres arrachés, toitures endommagées...).
- 17 La Rochelle le 19 février à 14 h 15 : une tornade F0 est rapportée (enregistrée sur Estofex). Le même jour J Charles 17/09 photographie ce qu'il appelle un tuba mais qui est probablement cette tornade dont il n'aura pas vu le buisson au sol à cause des immeubles (le vortex visible serait descendu jusqu'à hauteur des grues) :



- 16 Angoulême le 2 mars : la ville se retrouve blanchie sous 1 cm de neige
Le 3 mars, une petite tempête frappe à nouveau le littoral, avec 100 km/h sur les îles et 104 km/H à La Rochelle. "15 mm depuis 24 h" et début de débordement de la Charente signalés sur IC (commentaire d'une photo sur Photolive)
Le 4 mars, légères chutes de neige sur l’Aunis.
Le 7 mars, petit coup de vent. Les pluies incessantes provoquent l'inondation de routes charentaises, coupées à la circulation.
Le 20 mars, une lligne orageuse d'abord modérée s'intensifie fortement en cours d’après-midi avec une grosse activité électrique sur le nord de la Charente (jusqu’à la croix rose). A partir du 21 jusqu'à la fin mars, quelques orages sur les deux départements, accompagnés de vents forts et apparemment quelques évts localisés, dont celui-ci :
- 79 Chef Boutonne le 28 mars : "tres impressionnante chute de grele, presque 1 cm d'epaisseur au sol " (obs Météoalerte)

Les 21, 23 et 24 avril, reprise des orages faibles à modérés sur les deux départements. Le reste du mois a été calme, avec de belles périodes ensoleillées notamment en Aunis.

Les orages reprennent début mai.
Le 7 mai dans la journée, une vague orageuse très active voire violente sur le littoral aquitain se décale en Charente Maritime puis en Charente dans la soirée (croix rouges sur les deux dpts). D'autres orages seraient arrivés également par la mer en Aunis. « En gros il doit y avoir à coup sur un énorme arcus, des bases tourmentées sous les cellules feeders. [...] » (Treizevents). Pas d'infos concernant d'éventuels dégâts.
- 16 Laprade [près Chalais] : "forts orages , avec des pluie torrentielles et une fortes activités electriques . » (Dédal, obs Météoalerte à 20 h 30)
Voir le reportage photo de Storm323 d'où est extraite la photo suivante, où l'auteur dit avoir vu un "fin tuba" http://fryz.forumactif.com/viewtopic.forum?t=1353




Le 16 mai, un très gros orage (dont la nature exacte reste à déterminer, probablement une très grosse ligne de grains en arc) arrive par la mer en flux d'ouest et frappe les îles puis le Rochelais avant de se décaler ensuite vers le NE, les Deux Sèvres sur lesquels elle se développe encore considérablement. Il serait même possible que l'orage soit devenu supercellulaire dans la région au carrefour des 17, 79 et 86. Le nord du 17 subit de nombreux dégâts dus aux précipitations et à la foudre.
- 17 Surgères : la toiture d'un supermarché est endommagée (évacuation préventive du magasin), déménagement en urgence du matériel informatique dans un autre bâtiment, une toiture est partiellement détruite par la foudre. 15 interventions des pompiers en tout.
- 17 Forges d'Aunis : un incendie allumé par la foudre détruit partiellement la toiture d'une maison d'habitation. La famille a du être relogée.
- 17 St Laurent de la Préé : le plafond d'une salle de classe s'effondre brutalement.
- 17 région saintaise vers 12 h 10 : des trombes d'eau et de grêle pendant env 15 minutes provoque une trentaine d'interventions des pompiers (inondations, feux de transformateurs, plafonds effondrés...)

Un orage-surprise m'a été signalé vers les 17-18-19 juin, vu sur une animation satellite. Une boule orageuse qui tournait sur elle-même, centrée sur le nord des Charentes. Pas d'autres renseignements sur cet orage qui malgré sa rotation aurait été plutôt modéré.
Mis à part cet orage-surprise et peut-être quelques autres exceptions sans conséquences, le mois de juin se déroule calmement à l'abri des différentes vagues orageuses qui se succèdent dans le SO sans toucher les Charentes. Par contre, c'est la canicule qui sévit fin juin début juillet, avec des températures dépassant les 30 °.


Pour les mois de Juillet à Décembre 2006, voir http://superstorm.forumactif.com/Suivi-phenomenes-violents-c5/Suivi-pour-les-orages-f1/Orages-et-autres-evts-meteo-en-Charentes-2006-II-t530.htm

Pour le suivi 2007, voir http://superstorm.forumactif.com/Suivi-phenomenes-violents-c5/Suivi-pour-les-orages-f1/-p1587.htm#1587

Pour le suivi 2008, voir http://superstorm.forumactif.com/dossiers-et-etudes-f13/orages-et-autres-evts-2008-dans-les-charentes-et-sud-79-t677.htm

Pour le suivi 1994-2005, voir http://superstorm.forumactif.com/Archives-du-forum-c8/Archives-meteo-f2/Suivi-des-evts-meteo-1994-2005-1970-1993-pour-les-Charentes-t107.htm


Dernière édition par Nico 17/69 le Lun 28 Jan 2008, 12:42, édité 92 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico 17/69
Supercell storm
Supercell storm


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 16/06/2005

MessageSujet: Re: Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)   Lun 08 Mai 2006, 19:38

J'ai réédité mon premier message avec le reportage photo vu sur le Fryzeur pour la journée du 7 mai. Je remets le lien ici :
http://fryz.forumactif.com/viewtopic.forum?t=1353

Je rajoute également ce témoignage intéressant sur IC (descendre en milieu de page à peu près, post de Dudule) : http://forums.infoclimat.fr/index.php?showtopic=14770&st=120
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico 17/69
Supercell storm
Supercell storm


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 16/06/2005

MessageSujet: Re: Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)   Mer 17 Mai 2006, 11:35

Des dégâts en Charente Maritime durant la journée d'hier. J'ai édité mon premier message plus haut.
A signaler que la région a été mise en vigilance 2 par Estofex pour aujourd'hui, ce qui laisse augurer d'intempéries sérieuses encore pour cette journée.

INTEMPERIES. -- Les trombes d'eau ont fragilisé la toiture du magasin Champion à Surgères. La foudre a incendié une habitation à Forges-d'Aunis. D'autres sinistres sont à déplorer à Saint-Laurent-de-la-Prée et Saintes

Un supermarché a dû être évacué à Surgères

Le Cours national à Saintes, sous les trombes d'eau
PHOTO SEBASTIEN LAHALLE
Si dans un premier temps le diagnostic laissait augurer de lourds dégâts, une analyse un peu plus approfondie de la structure du supermarché Champion de
Surgères
aura dans l'après-midi rassuré son directeur : « Nous pensons pouvoir ouvrir assez rapidement, peut-être même dès la fin de semaine ».
Alourdi par les trombes d'eau tombées du ciel vers 10 h15 hier, le toit en « V » du bâtiment avait auparavant vite laissé passer quelques fuites, fragilisant ainsi les poutrelles métalliques de la structure. Arrivés sur les lieux, les pompiers avaient alors aussitôt décidé de l'évacuation à titre préventif des clients et du personnel. « Pour le reste, nous avons eu le droit de transporter les produits périssables vers d'autres magasins de la région. Rien de dramatique. » Le verdict des experts est désormais attendu avec impatience.
A quelques dizaines de mètres de la grande surface, un petit bâtiment préfabriqué de l'école Jeanne-d'Arc à lui aussi subi les assauts du ciel, contraignant le personnel de l'établissement à déménager en urgence du matériel informatique.
Enfin, un peu plus à l'ouest, la foudre a en partie détruit la toiture d'un pavillon d'habitation, sans faire de victime. Le sinistre a tout de même nécessité l'intervention d'une quinzaine de pompiers d'Aigrefeuille et Châtelaillon.
L'orage a aussi durement frappé une maison à
Forges-d'Aunis.
Vers 10 h 15, la foudre s'est abattue sur le toit de cette maison d'un étage, située 4 rue du quartier Levreau, près du centre-bourg. L'incendie a partiellement détruit la toiture de l'habitation où vit la famille Brandel-Laforge qui comprend trois enfants. Fort heureusement la maison était vide au moment de l'incendie.
Avertis par le voisinage, les sapeurs-pompiers d'Aigrefeuille placés sous le commandement du capitaine Jean-Jacques Auboyer, ont déployé d'importants moyens pour combattre le sinistre. Ce dispositif était ensuite renforcé par l'arrivée de soldats du feu des centre de secours de Châtelaillon et de La Rochelle. Compte-tenu de l'importance des fumées, les conditions d'intervention des pompiers, équipés de matériel respiratoire, ont été éprouvantes. Micheline Bernard, maire de la petite commune, s'est déplacée sur les lieux du sinistre.
La maison, d'environ 300 mètres carrés avec sa dépendance, en cours de rénovation, a été détruite. La famille sera relogée par des parents.
Les écoliers de
Saint-Laurent-de-la-Prée
se souviendront longtemps de l'orage qui s'est abattu. Au plus fort des trombes d'eau, hier matin, le faux-plafond de la classe des CM1-CM2 s'est brutalement effondré sur quelques mètres carrés, dans la partie de la salle réservée aux activités informatiques. Fort heureusement, aucun élève n'a été blessé mais beaucoup étaient choqués, selon le témoignage d'une mère. Les cours ont continué l'après-midi dans la bibliothèque. Les parents s'inquiètent de savoir comment leurs enfants pourront être accueillis jeudi.
La Saintonge, enfin, n'est pas davantage passée à travers les gouttes. Trombes d'eau et de grêle se sont abattues sur la région saintaise, aux alentours de 12 h 10, pendant un bon quart d'heure.
Pour ce seul secteur saintais, les pompiers ont dû intervenir une trentaine de fois entre 12 h 10 et 18 heures, en raison des dommages causés par ces intempéries : inondations, feux de transformateurs, plafonds effondrés dans des magasins. Le plus gros des interventions a eu lieu sur le cours National et la rue Alsace-Lorraine. A noter que le Gallia-Théâtre a été, lui aussi, victime d'inondation. De l'eau a pénétré dans la salle de spectacle, sans que cela ne soit, toutefois, catastrophique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico 17/69
Supercell storm
Supercell storm


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 16/06/2005

MessageSujet: Re: Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)   Mar 18 Juil 2006, 10:03

Réédition de mon premier message, avec les infos reçues pour le royannais, où les orages ont causé des dégâts : chutes d'arbres, inondations, personnes blessées par la foudre, vents violents, coupures d'électricité etc...
J'ai l'article de journal si ça intéresse quelqu'un.
J'ai aussi un témoignage concernant ce que je pense être une violente microrafale sur Royan même :
"« Seule chose que je peux te dire, c'est que l'évement a été trés rapide ( orage) avec une violence incroyable. Mon neveu de 16 ans a assité à l'évenement. Il y a eu une panique et des gens ont fait une crise de tétanie. Les gens présents sur la plage et le front de mer se sont tous réfugiés sous un abri ( j'ignore lequel). Les devantures de terrasses se sont envolées. 2 arbres se sont arrachés devant l'endroit où les gens s'étaient abrités ( dont mon neveu) et a provoqué du phénoméne de panique.[...]les trains avaient été arrétés. [...] » (Electron Libre)
MF17 parle de gros orages costauds de saison, rien d'exceptionnel pour la région mais peut-être suffisants pour paniquer des touristes. Et sans exclure pour autant la possibilité d'évènements localisés beaucoup plus violents.

Ah autre chose, pour Remy en particulier. Un "superbe" dustdevil a été observé près de La Rochelle par m17aunis.
J'y avais pas pensé, mais avec cette canicule qui commence à s'installer, c'est le moment d'aller chasser la sorcière un peu partout. Allez les 31, vous allez bien nous en ramener quelques unes !.. thumleft
Par contre, conséquences beaucoup plus tristes : les incendies. Nombreux départs de feu signalés en Saintonge à cause de la chaleur ces derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico 17/69
Supercell storm
Supercell storm


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 16/06/2005

MessageSujet: Re: Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)   Lun 24 Juil 2006, 11:06

Sujet réédité plus haut. SO vient de signaler quelques dégâts en Charente dus aux orages très fortement électriques qui ont eu lieu dans la nuit du 21 au 22 juillet : inondations et surtout incendies allumés par la foudre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico 17/69
Supercell storm
Supercell storm


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 16/06/2005

MessageSujet: Re: Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)   Ven 15 Sep 2006, 14:04

Sujet à nouveau réédité, suite à de grosses inondations hier et cette nuit en Charente Maritime. On parle aussi de quelques arbres tombés sur la chaussée en Saintonge :

INTEMPERIES. -- Les violentes averses de la nuit de mercredi à jeudi ont causé de nombreux dégâts. Notamment dans le sud

Des quartiers royannais inondés en moins d'une heure



Hier matin, l'eau avait été évacuée du site Enrobés rochefortais de Soubise
PHOTO J.P SARRAZIN

Une heure de pluies diluviennes, entre 21 h 30 et 22 h 30, aura suffit à noyer littéralement quelques zones sensibles de Royan. Le quartier du marché central, véritable cuvette, n'a pas échappé à l'inondation, comme le 16 juillet dernier. La montée soudaine des eaux a également fortement inondé le boulevard de la République, proche du front de mer, et surtout le boulevard Albert 1er, qui avait rarement connu une telle invasion des eaux. Sur l'ensemble du pays royannais, les sapeurs-pompiers ont effectué près de quatre-vingts interventions. Sitôt passée la violente averse, ils ont mis à disposition des particuliers les plus touchés hommes et moyens matériels. Une assistance qui s'est prolongée, après une longue nuit, dans la matinée d'hier. De nombreux commerçants ayant découvert l'étendue des dégâts juste avant l'heure d'ouverture habituelle de leurs boutiques. Le parking souterrain d'une résidence du boulevard Albert 1er a mobilisé jusque dans la matinée d'hier les hommes du centre de secours de Royan. Les salariés et bénévoles de l'Espace Squash, à l'écart du centre-ville, se sont pris en main, de leur côté, pour réparer au mieux les dégâts qu'ont subi leurs locaux mercredi soir. Vers 22 heures, les gouttières ne remplissant plus leur office, l'eau a provoqué l'effondrement d'une partie des faux-plafonds de l'Espace squash. A des précipitations conséquentes de l'ordre de 50 mm en une heure , s'est ajouté un facteur aggravant : la marée haute. Les eaux pluviales du centre-ville étant évacuées dans la mer, cette marée d'un coefficient élevé a refoulé les eaux de pluie, expliquant le caractère spectaculaire de cette inondation.


Pays rochefortais. Les trombes d'eau qui se sont abattues en pays rochefortais ont plus particulièrement touché le canton de Saint-Agnant, où Météo France a annoncé 75,6 mm d'eau durant cet épisode orageux.
Les pompiers du secteur de Marennes ont été appelés à 30 reprises entre 22 h 30 et 2 heures du matin. A Bourcefranc, une vingtaine d'interventions ont eu lieu et les sapeurs rochefortais ont enregistré 30 sorties. Dans tous les cas, il s'agissait de caves ou garages inondés.
A Soubise, où des relevés de pluviométrie font état de 55 mm en une heure de temps, l'usine Enrobés rochefortais, a été inondée dans la nuit. Le sinistre s'est doublé d'une coupure d'électricité. Serge Moreau, le chef de poste, a donc contacté les pompiers pour que des pompes sur générateurs puissent évacuer l'eau. Le pompage a duré jusqu'au matin. Ensuite, les trois employés de cette unité de production ont passé la journée d'hier à nettoyer les dégâts. Aucun enrobé n'est donc sorti de l'unité hier. Le retour à la normale de cette filiale d'Euravia et Appia est prévu pour ce matin.


Saintonge. A Saintes, le centre de secours a effectué une cinquantaine d'interventions, pour des assèchements de locaux, tous privés. « Aucun site sensible n'a été touché. Nous sommes également intervenus pour un ou deux arbres tombés sur la chaussée », a indiqué le major Keravec. Ces interventions ont débuté à 22 h 30 et se sont achevées vers 3 heures du matin.
A Saint-Jean-d'Angély, les pompiers sont sortis huit fois, cinq en inspection sans intervention, deux pour assécher des locaux privés. La dernière sortie a consisté à porter secours à un automobiliste pris dans une hauteur d'eau, sans toutefois que celle ci atteigne un niveau critique. A Pons, aucune intervention liée à l'orage n'a eu lieu. Le niveau des précipitations a cependant atteint 30 mm durant la nuit.


La Rochelle. Le niveau de pluviométrie a été de 22 mm pour la nuit de mercredi à jeudi, les sapeurs-pompiers étaient sur le qui-vive mais n'ont du intervenir que dans deux bâtiments d'habitation pour évacuer l'eau.
Dans l'ensemble du département, les secours ont fait 221 sorties.

*********


Idem en Charente le 16 septembre :

INTEMPERIES. --Les fortes précipitations de samedi ont massivement mobilisé les secours. Mais pas de blessé grave à déplorer

Jusqu'à 75 millimètres de pluie à Montignac-Charente:Axelle Maquin-Roy


Sale temps sur la Charente ! A ne pas mettre une cagouille dehors au risque de la noyer. Car toute la journée de samedi, les précipitations ont été plus que conséquentes pour une mi-septembre. Les services de Météo-France ont ainsi relevé en fin d'après-midi que 75 millimètres de pluie étaient tombés sur Montignac-Charente. Inégalité territoriale faisant, c'est essentiellement à l'ouest du département que les averses ont été les plus importantes avec des moyennes pluviométriques enregistrant 30 à 42 millimètres selon les secteurs. Certaines communes telles Montemboeuf ont décompté jusqu'à 57 millimètres, et 59 millimètres à La Couronne. Ce alors qu'à l'ouest Météo-France ne faisait état que de 20 à 25 millimètres de précipitations. Ces fortes pluies, on s'en doute, ont généré de très nombreuses interventions pour les pompiers du département. En fin d'après-midi de samedi, le Centre opération d'incendie et de secours faisait état de pas moins de 34 interventions relatives aux pluies. Le plus souvent, il s'est agit pour les secours d'opérer des assèchements de caves et de commerces, comme à Chasseneuil et dans l'agglomération angoumoisine où les réserves du Carrefour de Soyaux ont subi l'assaut de l'eau, tout comme la boutique SFR du coeur d'Angoulême.


Tôle froissée. Les routes n'ont pas été épargnées. La nationale 141, dans sa nouvelle portion de Saint-Yrieix, a dû être fermée à la circulation une partie de l'après-midi, alors que les collecteurs ne parvenaient plus à absorber l'afflux massif des eaux de ruissellement. Ici et là, les pompiers sont également intervenus pour dégager les axes routiers encombrés de chutes d'arbres.
Ces mêmes services de secours ont par ailleurs dénombré plus d'une quinzaine d'interventions pour des accidents de la circulation. Fort heureusement tous matériels. Vitesses inadaptées aux conditions extérieures, aquaplaning, les pertes de contrôles ont suscité quelques belles frayeurs. Un automobiliste a ainsi été secouru vers 16 heures alors que circulant sur la route de l'Arbre à Montbron son véhicule avait quitté la chaussée, chutant à trois mètres en contre-bas de la route. Vers 10 heures, c'est une jeune fille de 19 ans que les pompiers ont pris en charge à la sortie de Merpins, en direction de Gimeux, alors qu'elle se trouvait prisonnière de l'habitable de son véhicule. Un face-à-face entre deux voitures entre Hiersac et Saint-Saturnin, vers 13 heures, a nécessité le transport vers l'hôpital de trois blessés légers, alors qu'à Julienne un heure plus tard, un jeune motard de 23 ans était secouru après être entré en collision avec une fourgonnette au carrefour des départementales 57 et 158.
Enfin, les pompiers d'Angoulême sont venus en aide à quatre occupants d'une voitures coincée dans 50 centimètres d'eau dans la zone industrielle de Rabion. Une femme et ses deux enfants, indemnes mais légèrement choqués, ont été transportés au centre hospitalier de Girac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico 17/69
Supercell storm
Supercell storm


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 16/06/2005

MessageSujet: Re: Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)   Mer 04 Oct 2006, 12:43

Compte-rendu paru dans Sud Ouest de la journée du 4 octobre sur les deux Charentes, où les dégâts ont été bien moindres que dans les Landes ou en Gironde (rafales maxi dans les 110 km/h) mais qui ont quand même essuyé un bon coup de vent et des inondations.
Je n'ai pas eu le temps encore de compléter le suivi plus haut.

INTEMPERIES. -- La queue de la tempête qui s'est abattue hier sur les côtes aquitaines a partiellement touché le département. Quelques dégâts sont à déplorer, mais rien de grave, et pas de blessés

Un gros coup de vent mais pas de tempête



Même avec des pointes à 115 km/heure au plus fort du coup de vent qui a balayé hier le département, ce n'est pas à proprement parler une tempête qui s'est abattue durant la matinée sur une partie du département située au sud d'une ligne Cognac-Chabanais. Pour les services de Météo-France, les premières bourrasques ont été enregistrées vers 9 heures sur la partie ouest de la Charente, dans le secteur de Cognac, Segonzac et Châteauneuf, avec une moyenne de 83 km/heure. Malgré les craintes, la vigne n'a visiblement pas trop souffert de ces intempéries. Vers 10 heures, c'est à Angoulême que l'on pouvait retrouver le gros temps qui, en se déplaçant, avait pris en intensité. Ainsi, surl'agglomération, les vents enregistrés tournoyaient en moyenne à une centaine de kilomètres par heure. Mais là encore, pas de dégâts majeurs.


Maximum à Rioux-Martin. C'est dans le sud du département que les vents se sont déchaînés pour atteindre au maximum 115 km/h, relevés à Rioux-Martin en milieu de matinée.
Dans le canton de Chalais, on a ainsi déploré de nombreuses chutes d'arbres et de branches sur les routes, engendrant de sérieux problèmes de circulation.
Les pompiers ont d'ailleurs été dans l'obligation d'abattre deux arbres au rond-point du « Fagnard ». On a noté également des coupures d'électricité plus ou moins longues à la suite de la détérioration des lignes. Quant aux travaux de rénovation du revêtement du contournement de Chalais, ils ont dû être suspendus.
A Barbezieux, les sapeurs pompiers sont sortis à six reprises pour dégager plusieurs voies encombrées d'arbres ou de grosses branches comme sur l'ancienne nationale. Les commerçants forains, installés dans le bourg pour le marché ont dû plier rapidement les auvents. Certains ont même été endommagés.
Chutes d'arbres encombrant la voie publique et autres mises en sécurité d'objets menaçant de tomber, tels des tuiles, ont composé l'essentiel des 53 interventions enregistrées par le centre départemental d'incendie et de secours de la Charente durant cette matinée d'hier.




INTEMPERIES. -- De fortes précipitations, hier matin, se sont abattues sur le département. Les volumes les plus importants sont tombés sur l'Aunis mais, une fois de plus, c'est Royan qui en a le plus souffert

Royan les pieds dans l'eau

Les commerces de Royan ici la supérette Huit à huit, dans le quartier du marché central ont été encore les plus touchés par les pluies d'hier matin
PHOTO PH. B.
Mardi matin, la Charente-Maritime a été beaucoup moins touchée que les départements du littoral aquitain par les fortes pluies accompagnées de violentes rafales de vent. Hier à partir de 8 heures du matin, les sapeurs-pompiers ont effectué, dans l'ensemble du département, environ 150 sorties en rapport avec les intempéries. Aucun blessé n'est à déplorer.
Le secteur le plus touché a été celui de Royan. Viennent ensuite ceux de Rochefort, Saintes et Jonzac. La majorité des interventions concernaient des inondations de caves ou de garages d'habitations. Quelques bâchages de toitures et tronçonnages d'arbres tombés sur des axes de circulation ont aussi été effectués.
C'est dans les trois quarts nord du département que le niveau de précipitations (de lundi 18 heures à mardi 12 heures) a été le plus important : 49,8 millimètres à La Rochelle, 47,6 à Rochefort - Saint-Agnant, 43,4 au Château-d'Oléron. Ces pluviométries sont considérées comme remarquables par Météo-France.
A Royan, ce sont 34,2 millimètres qui sont tombés pour la même période; 29,2 à Saintes; 16,6 à Jonzac. A Montlieu-la-Garde, seuls 7,4 millimètres de pluie ont été enregistrées. Par contre, la force du vent a été plus importante dans le sud du département avec 79 kilomètres à l'heure à Saint-Germain-de-Lusignan et des rafales à 115 kilomètres à l'heure à l'extrême-sud de la Charente-Maritime.
A Royan,
les choses sont de nouveau allées très vite. L'eau est montée de manière importante dans le secteur du Marché central, inondant pour la troisième fois depuis juillet la petite rue de la Source.
Elle a cependant débordé en de nombreux points de la station balnéaire, inondant des caves aussi bien sur le Front de Mer le restaurant Le France a été contraint de fermer pour la journée que sur le boulevard Albert-Ier. Le quartier situé derrière la clinique Pasteur a également été touché, ainsi que la zone d'activité de la Queue-de-l'Ane, à Saint-Sulpice-de-Royan, notamment l'entreprise Sorovisa.
Le centre de secours principal de Royan a coordonné une soixantaine de sorties sur le pays royannais, le plus clair sur Royan même, mais aussi sur Saint-Palais-sur-Mer ou Saujon. Les dégâts sont restés limités aux communes côtières, malgré l'importance des précipitations, du fait de la basse mer.
A La Rochelle,
dans le quartier de Mireuil, la saturation du réseau pluvial a perturbé l'ouverture matinale de l'école maternelle des Grandes-Varennes, dont la cour a été partiellement inondée. La situation est revenue à la normale en début d'après-midi à la suite de l'intervention des services municipaux. Les enfants n'ont donc été accueillis que l'après-midi.
A Rochefort,
les pompiers ont enregistré une trentaine de sorties liées aux intempéries, notamment dans le quartier de la gare. En centre-ville, avenue Charles-de-Gaulle, une partie du faux-plafond du magasin Armand-Thiery a cédé sous le poids des eaux.
A Surgères,
peu de dégâts malgré les chutes d'eau importantes de la fin de nuit. Les sapeurs-pompiers de la cité d'Hélène ne sont intervenus qu'une fois pour une inondation aux établissements Melin Matériaux. Environ 2 centimètres d'eau (au plus haut) dans le principal entrepôt de l'entreprise (d'une surface de 900 mètres carrés environ). Les pompiers n'ont pu que constater sans pouvoir intervenir. L'activité de l'entreprise n'a pas été perturbée.
En Haute-Saintonge,
les pompiers ont effectué une quarantaine d'interventions en l'espace d'une heure et demie, hier matin. Tout le secteur a été touché par des chutes d'arbres sur les routes, mais sans faire de blessés.
A Saint-Aigulin, les pompiers ont dû porter secours à un ramasseur de champignons coincé dans sa voiture dans les bois. Ils sont également montés sur plusieurs toitures pour les bâcher et les protéger. A signaler également de petites inondations de caves et garages, mais sans gravité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico 17/69
Supercell storm
Supercell storm


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 16/06/2005

MessageSujet: Re: Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)   Mer 25 Oct 2006, 10:22

La tempête des 23 et 24 octobre en Charente Maritime :

Des dégâts classiques : arbres couchés sur les routes, branchages éparpillés, coupures d'électricité et de téléphone, câbles arrachés, toitures endommagées.... Mis à part le porte container en perdition au large de l'île de Ré (4 blessés), seule la perte de contrôle d'un automobiliste à Ste Marie de Ré reste à déplorer.
Bref, rien d'exceptionnel pour ce bilan d'une tempête de saison, sans gravité particulière pour la région. En revanche petite rectification, les valeurs de vent annoncées sont sous-estimées, puisque sur l'île de Ré, les vents ont soufflé non pas jusqu'à 120 km/h mais jusqu'à 137 km/h.


TEMPETE. --Les vents ont soufflé jusqu'à 120 km/heure sur le littoral. La Charente-Maritime a essuyé la tempête nocturne sans trop de mal

Sainte-Marie-de-Ré : le conducteur de cette voiture de l'administration en a perdu le contrôle mardi matin
PHOTO DOMINIQUE JULLIAN

L'échouage du porte-conteneurs « Rokia Delmas », au large du Bois-Plage, aux premières heures de la matinée de mardi, a braqué les projecteurs sur la Charente-Maritime hier. Au delà de cet accident maritime spectaculaire, la tempête de la nuit n'a pas provoqué d'importants dégâts dans le département.
Au cours de la nuit de lundi à mardi, Météo-France a enregistré des pointes à 120 km/heure sur le littoral de la Charente-Maritime. A partir des prévisions établies, justement, par Météo-France, le préfet Jacques Reiller avait placé le département en niveau vigilance orange en raison des vents violents annoncés.
A La Rochelle,
la tempête a soufflé lundi soir à partir de 22 heures. Au cours de la nuit et dans la matinée de mardi, les pompiers ont été sollicités une quarantaine de fois : arbres tombés, branches cassées, tuiles envolées, antennes de télévision tordues. Les dégâts sont demeurés limités. Le centre de secours de Mireuil a traité les appels avec une trentaine de pompiers, professionnels et volontaires; une quinzaine de pompiers du centre de secours de Villeneuve-les-Salines ont travaillé sur d'autres secteurs de la ville et de l'agglomération.
A Rochefort,
la tempête de la nuit n'a provoqué que de petits dégâts mais « rien de bien méchant » commentait-on du côté des sapeurs-pompiers qui ont effectué une trentaine de sorties : câbles arrachés, branchages sur la chaussée, poubelles renversées... Dans l'après-midi, les responsables du port de plaisance avaient pris soin de bien informer les familles vivant sur leurs bateaux.
A Fouras,
les séquelles de la tempête étaient visibles à quelques barques échouées sur la plage et au tapis de coquilles d'huîtres qui recouvrait hier matin l'embarcadère pour l'île d'Aix.
En Haute-Saintonge,
peu de dégâts à signaler. Les sapeurs-pompiers sont sortis huit fois pendant la nuit, essentiellement pour des arbres entravant des voies de circulation à Chamouillac, Soubran et quelques autres axes à proximité de l'estuaire girondin.
En Pays royannais,
plus d'émotion que de mal. Les secours ont comptabilisé un peu moins d'une trentaine de sorties pour des dégâts imputables à la tempête : arbres, branches menaçant de tomber, tuiles envolées... Des interventions effectuées dans la nuit, mais aussi pour beaucoup au petit matin, lorsque les faits ont été constatés.
Du côté des routes,
aucun accident grave n'a été signalé au cours de cette nuit de tempête. Mardi matin, vers 8h30, le conducteur d'une voiture de l'administration en a perdu le contrôle sur la route départementale 201 à hauteur de Sainte-Marie-de-Ré. Le véhicule a effectué des tonneaux. Le conducteur a été transporté au centre hospitalier de La Rochelle pour des examens de contrôle.
Electricité et téléphone.
Durant la nuit, 20 000 foyers ont été touchés par des interruptions de l'alimentation électrique de durées très variables. 1 500 clients d'EDF demeuraient privés d'électricité mardi matin à 8 heures. Les équipes d'EDF devaient rétablir le courant dans tous les foyers avant la nuit. Les zones les plus touchées auront été l'île d'Oléron (Saint-Georges, Saint-Pierre, Saint-Denis d'Oléron), Saint-Médard-d'Aunis, Marennes, La Tremblade, Saint-Sulpice-de-Royan, Le Fouilloux, Vandré, Beauvais-sur-Matha et Yves.
Pour sa part, France Telecom annonce près de 1 500 lignes téléphoniques en dérangement et un retour à la normale pour l'ensemble de ses abonnés au plus tard au début de la semaine prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico 17/69
Supercell storm
Supercell storm


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 16/06/2005

MessageSujet: Re: Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)   Jeu 30 Nov 2006, 17:52

http://forums.infoclimat.fr/index.php?showtopic=17613

Rapporté par sud Ouest en ligne ce matin, une série de vagues déferlantes comme des rapides, lundi dernier sur Royan, qui ont détruit une partie des pontons.


INTEMPERIES. --Quatre vagues, atteignant jusqu'à 70 cm, ont provoqué lundi soir des dégâts conséquents, mais effacés en l'espace d'à peine 36 heures

... Les conséquences des quatre vagues qui se sont engouffrés lundi soir dans le port et le courant qu'elles ont engendré traduisent la violence du phénomène observé uniquement à Royan
PHOTOS PORT DE ROYAN

De loin, l'opération n'attire pas l'attention. Une grue sort de l'eau des charges, les dépose sur le quai des sabliers. « Quelqu'un qui ne serait pas au courant de ce qui s'est produit ne s'apercevrait de rien », constate David Passerault. Le directeur adjoint des activités portuaires tire une certaine fierté de la réactivité des agents techniques du port. A peine 36 heures après que la folle soirée de lundi, l'infrastructure portuaire a retrouvé un visage presque normal.
Lundi soir, le port a connu un épisode qui aurait pu s'avérer plus dévastateur encore. A 21 heures, 22 heures, 22 h 30 et 2 heures du matin, quatre vagues atteignant jusqu'à 70 cm de hauteur se sont engouffrées dans les bassins. « Toutes les cinq minutes, c'était approximativement 120 000 m3 d'eau qui entraient puis se retiraient du port, créant un courant qu'on estime à 12 noeuds. Devant la capitainerie, on aurait dit de véritables rapides. C'est bien simple, nos canots de service, équipés d'un moteur de 50 CV, n'arrivaient pas à remonter ce courant, alors qu'ils peuvent monter à 12 noeuds. »
David Passerault a mesure in situ la violence du phénomène. Il a voulu, avec l'un des agents techniques, reconnaître la situation depuis le plan d'eau. Un risque trop élevé. « On a mis quatre personnes qui vivent à l'année sur leur bateau et tous les personnels en sécurité. Mardi matin, de jour, nous avons découvert le spectacle. »


« Vrillé, tordu ». Devant la capitainerie, le ponton d'accueil, auquel est notamment amarré la vedette des Douanes, a disparu aux deux tiers. Disloquée par la violence du courant. Le ponton G, devant l'entrée du port, a subi lui aussi les outrages des vagues. « Tout est faussé, vrillé, tordu. » David Passerault est impressionné par la force développée par les vagues. Les mains de fer utilisées pour l'amarrage, « pourtant éprouvés à 40 tonnes, ont été tordues ! »
Une douzaine de bateaux amarrés au ponton G ont été endommagés. Repoussés vers le ponton F, ils ont à leur tour causé des dégâts. Quatre embarcations de cet autre ponton ont souffert. Dès mardi matin, une partie de ces bateaux privés de point d'attache a été déplacée dans le bassin du port de pêche, où l'administration du port pouvait disposer d'emplacements libres ces jours-ci. Les autres ont été « relogés » dans le vieux port.
Autre urgence : faire le ménage. Les tronçons de pontons éparpillés ça et là dans les bassins ont été d'abord solidement amarrés aux quais, puis très vite extraits du plan d'eau. Un spectacle étonnant menée avec diligence hier matin, depuis le quai des sabliers, fraîchement déserté par l'activité qui lui a donné son nom. Une aubaine, presque, même si le terme paraît galvaudé en de telles circonstances. « A la rigueur, heureusement que cet incident est survenu en automne », mesure David Passerault. « Nous n'allons pas être handicapés dans le fonctionnement du port. »


Déjà des devis. Les pontons meurtris hors de l'eau, les bassins ont retrouvé un visage presque habituel. La régie du port est déjà engagé sur un autre front, moins technique, plus administratif. « Dès mardi, un expert est passé constaté la situation, nous avons adressé une déclaration à notre assureur, écrit à tous les propriétaires de bateaux touchés. Nous avons même commencé à demander des devis aux fabricants de pontons », souligne David Passerault, rassuré, fier même, de la réactivité du personnel du port.
Au cours de cette folle soirée, 150 mètres linéaires de pontons ont été détruits. Une simple estimation, « à 50 mètres près », mais qui traduit les proportions atteintes par un phénomène « qu'ont connu certains anciens, ici ou dans d'autres ports, mais jamais de cette ampleur, en tout cas à Royan ». Phénomène qu'explique partiellement les conditions météorologiques au large lundi soir, où la houle atteignait 8,50 mètres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico 17/69
Supercell storm
Supercell storm


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 16/06/2005

MessageSujet: Re: Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)   Mer 07 Fév 2007, 15:25

INONDATIONS. -- Coiffeuse rue de la Source, Gisèle Pesquerel, plus que les autres riverains du marché, a souffert des sinistres à répétition. Elle voit l'avenir en noir

La rue de la Source, le 16 juillet dernier. Un orage éclate en fin d'après-midi. A gauche, le salon de Gisèle Pesquerel, sous les eaux. Une scène que la coiffeuse vivra à nouveau le 13 septembre et le 3 octobre
PHOTO ARCHIVES S.O
« Je suis prise à la gorge. Mes comptes sont dans le rouge. » Gisèle Pesquerel baigne en plein désarroi. Le 16 juillet, le 13 septembre, puis encore le 3 octobre - « je me rappelle très bien des dates exactes » -, le salon de coiffure qu'elle tient et possède rue de la Source a subi de plein fouet la montée des eaux torrentielles. L'activité s'en est ressentie. « Aujourd'hui, je suis au bord du dépôt de bilan. »
Gisèle Pesquerel est à la fois furieuse et dépitée. Dans son salon, « l'eau n'est même pas rentrée par la porte, mais par les toilettes ». La faute, peut-être, à des réseaux séparatifs pas si séparés que ça. Le réseau d'évacuation des eaux usées communique visiblement avec celui des eaux pluviales. Incongruité que relevait d'ailleurs la municipalité dans son dernier magazine (lire l'encadré).
« L'eau est montée jusque-là. » Gisèle Pesquerel pointe du doigt la marque encore visible sur le mur. Pas de doute, l'inondation a fait bien des dégâts dans ce commerce situé au point le plus critique du quartier. La coiffeuse n'avait pas été prévenue du risque qu'elle courait. « A la mairie, on m'avait assuré qu'avec les travaux qui avaient été réalisés dans le quartier, je ne risquais plus rien. »
Gisèle Pesquerel attend donc maintenant que quelqu'un paie pour le lourd préjudice qu'elle a subi. Difficile de se retourner contre l'ancien propriétaire. Un risque d'inondation dans une zone n'étant pas classée à risques peut difficilement être considéré comme un vice caché. A la mairie, on assure comprendre la situation de la coiffeuse. « Une demande de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle est en cours. L'instruction du dossier est longue, c'est vrai, mais Météo France a déjà fourni son rapport et nous attendons celui de la Direction de l'équipement. »


Un lourd investissement. Gisèle Pesquerel a pris un avocat, se plaint de ne rien voir venir, « mais son avocat ne peut agir sans avoir reçu le rapport des experts », nuance Jean-Jacques Tolède, assureur rue Font-de-Cherves et surtout président de l'association des riverains du marché central. Il espère rassurer Gisèle Pesquerel en soufflant que « l'expert mandaté par la ville et celui de l'assureur » de la coiffeuse « sont en train d'achever leur procès-verbal », que ce précieux PV sera rendu très bientôt. « C'est imminent. »
La coiffeuse de la rue de la Source la mal nommée ronge son frein. Le rêve d'une vie a pris l'eau. « J'ai beaucoup investi, près de 40 000 euros, pour acheter les murs de ce salon en septembre 2005. » Elle le louait depuis le mois de février précédent avant de s'en porter acquéreur.
Une fois le rapport des experts remis à sa compagnie d'assurance, Gisèle Pesquerel sera très vraisemblablement indemnisée, « mais si la situation se reproduit, elle ne le sera pas ad vitam eternam. Son assureur ne couvrira pas à vie un bien exposé comme celui-ci », prévient déjà Jean-Jacques Tolède.


Un bassin attendu. Pour le président de la nouvelle association du quartier, une solution de fond devra être trouvée. La situation a favorablement évolué pour les riverains de la rue Font-de-Cherves. « Les canalisations d'écoulement d'eaux pluviales ont subi un grand nettoyage - on y retrouvé des sacs de ciment, des parpaings - et elles ont été remises en place tel qu'elles l'étaient auparavant. A priori, le remède a été trouvé. En revanche, pour la rue Pierre-Loti, des travaux plus lourds seront nécessaires. »
La municipalité a inscrit au budget la coquette somme de 3,5 millions d'euros pour, enfin, diront les riverains, construire des bassins de rétention des eaux pluviales. La priorité ira au grand bassin prévu avenue Daniel-Hedde. Sa budgétisation représente un geste concret d'Henri Le Gueut, chez qui Jean-Jacques Tolède sent « une bonne volonté » d'avancer sur le dossier. Le maire sera toutefois, il le sait, attendu au tournant. « Cela fait des décennies que ce quartier est inondable », rappelle Jean-Jacques Tolède, qui rendra compte à sa trentaine d'adhérents vendredi des dernières discussions qu'il a pu avoir avec la municipalité.

(Sud Ouest édition en ligne du 7 février 07)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Orages et autres évts météo 2006 dans les Charentes (I)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une peur de la gastro, une peur des autres.
» "Mondo et autres histoires" de Le Clézio
» Le SIDA et d’autres virus créés en labo dans un but génocidaire
» Autismes et autres troubles du comportement : les professionnels ABA dans le Centre
» Autismes et autres troubles du comportement : les professionnels ABA dans le Nord - Pas de Calais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du groupe StormChaserAdventure :: Dossiers et études-
Sauter vers: